• SisDee SisDee

Comment s'échauffer la voix ?

Il est fortement recommandé de s'échauffer la voix avant de chanter ou de l'utiliser intensément. Il existe de nombreux exercices, mais pour pouvoir se mettre en condition il faut s'adapter au contexte, parfois peu propice à des exercices vocaux, et aussi bien analyser nos besoins.


Les échauffements vocaux sont un grand classique, et tous les coaches les recommandent, un peu toujours les mêmes, et comme d’habitude on va aller questionner tout ce qui est questionnable.

Pourquoi s’échauffer en fait ? Pour quelles pratiques vocales et quelles parties du corps ? Et puis d’ailleurs, allez, n’ayons peur de rien, est-ce vraiment si indispensable ?


Comme d’habitude on va sortir des sentiers battus et donner le plus de chances possibles à nos talents de s’épanouir à l’infini. Rien que ça !


Le but de ce blog est de débunker ensemble les clichés liés à la pratique vocale, pour se clarifier les idée, et mettre en évidence des solutions concrètes pour tous les praticiens de la voix : chanteurs, rappeurs, comédiens, poètes, enseignants, conférenciers…


Clique ici pour écouter la version podcast


CLIQUE ICI pour télécharger ton échauffement gratuit


CLIQUE ICI pour participer à ma prochaine formation : https://www.ameliorersavoix.com


Et bien sûr, si tu apprécies mon travail, like, commente, partage, et abonne-toi pour ne rater aucun épisode !


Bref, entrons dans le vif du sujet.


En vrai, ça m’a toujours un peu gonflé les échauffements.


Et déjà, parce que tout simplement, c’est souvent pas très évident de trouver le temps et l’espace pour le faire. Quand on chante dans des cafés ou des petits clubs, on n’a pas de loges, mais plutôt des genre de placard à balai avec les collègues qui se bananent quand tu commences à lancer tes brrrr et haaaa, c’est pas vraiment l’idéal.

Et puis, j’ai toujours aimé me jeter directement dans l’arène, en me faisant une petite frayeur, avec ce plaisir de s’en sortir, comme d’habitude. C’est vrai aussi que ça me flattait de me dire que l’échauffement n’est pas obligatoire avec une bonne technique. Mais bien sûr ça dépend du type de musique et de prestation. Et parfois j’aurais peut-être mieux fait de jouer la prudence.

Sans compter les problèmes de dernière minute.


Je me rappelle d’une fois, terrible, mais terrible à tous les niveaux.

En 2003 j’ai eu la chance de faire la première partie de Corneille, dans un théâtre sublime, avec de vraies loges, bref les conditions parfaites. Par challenge, on avait décidé avec mon guitariste, Julien Sinaï, de la jouer en mode free style. On avait l’ordre des morceaux, le canevas des titres, et tout restait ouvert, façon funambule comme j’aime.


Tout était parfait, il ne me restait plus qu’à m’échauffer, parce que oui, là c’était chaud ! Corneille était au top, et peut-être que s’il nous kiffait on pourrait décrocher une tournée avec lui.

Oui mais. Julien était super énervé, lui il s’en fichait de tout ça, pour lui le plus important, c’était qu’on était mal payés. Et il n’avait pas tort.

Et juste avant de monter sur scène, il m’a juste pété un câble, et il était juste à deux doigts de claquer la porte. Ce jour-là, je n’ai pas pu m’échauffer la voix alors que pour une fois c’était prévu et possible. Tout ce que j’ai pu faire avant de monter sur cette scène superbe, ça a été de ravaler mes larmes pour éviter de ruiner mon maquillage. Ouaip.

Pour moi c’était gorge serrée et estomac noué, et pour Julien une envie de tout exploser, et pourtant, ça a été un de mes plus beaux concerts, tout est passé crème même après les première mesures un peu tremblantes. Puis le public qui ne nous connaissait ni d’Eve ni d’Adam s’est mis à chanter mes refrains, pour finalement nous gratifier d’un rappel pendant presque 5 minutes.


Ça a été enregistré et on en a même fait un album, c’est le "Live In Poissy", que tu trouves sur mon BandCamp.


Alors, tu vois, l’échauffement….

Pour moi, avec l’expérience la première préoccupation avant un concert, c’était de me demander : d’où viendra le problème ?

Bah oui, parce que avant de se casser la tête pour trouver le bon moment et le bon endroit pour pouvoir s ‘échauffer, il y a toujours un problème qui se présente, avant ou même pendant le show ! Alors au bout d’un moment, c’était devenu ça mon focus : qui seras-tu petit problème du jour ? Quels efforts faudra-il déployer pour t’accueillir, te canaliser, et si possible te résoudre ?

Et si j’avais un seul conseil à te donner le voilà : pose-toi toujours la question de ce problème et prépare-toi à l’accueillir, tu sais comme l’invité inattendu du dîner de Noël. Anticipe-le avec humour et même affection ; car lui, il sera toujours là pour toi, à chaque fois. Il t’arrivera de chanter sans personne dans la salle, mais sans problème, jamais ! Ça c’est l’échauffement indispensable, psychique mais pas seulement, vu que la gorge serrée et l’estomac noué, ça le fait moyen pour pousser la voix.

Mis à part ça, en fait, ce je garde des super souvenirs de lives et de studios où j’étais épuisée, rincée, qui se sont super bien passés, en totale contradiction avec cette règle classique, et qui dit que le premier allié du chanteur, c’est le sommeil.

Mais clairement, quand tu es exténué, tu n’as juste plus d’énergie en réserve pour stresser et te crisper, et du coup j’ai toujours accueilli aussi très positivement la fatigue, en me disant, bah au moins, là, tu seras détendue ! Bon, je ne te conseille pas la nuit blanche avant une date, mais au moins, sau lieu de stresser par dessus le manque de sommeil, tu peux juste positiver et te dire, et bah voilà, ça c’est fait, méthode SisDee pour la relaxitude ultime. MDrRrrr mais c’est tellement vrai je trouve.

A mon avis, il ne faut pas tout focaliser sur la voix, car une prestation, c’est 90% d’organisation et 10% de voix seulement.

Alors, la première des règles, c’est de tout bien préparer, en gardant un grand espace pour l’inattendu. Si tu focuses uniquement sur tes préparations vocales, et que tu es est empêché, tu risques d’être très contrarié, et de faire une mauvaise prestation, de te fâcher avec ton équipe, enfin, d’envenimer la situation. C’est pour moi le plus important. Etre prêt à accueillir l’inattendu, le négatif, dans la joie et la bonne humeur.

En fait, au delà du concept d’échauffement, c’est une mise en condition globale qu’il nous, avec la voix, la logistique, et le mental. Et être bien préparé mentalement, c’est je crois, rester ouvert à toute éventualité.

Et aussi, peut-être que tu vas réussir à tout bien gérer, et puis, arrivé devant le micro, quoi. Ton ex est là, avec sa nouvelle conquête. Ou quelqu’un te parle mal. Si tu t’es préparé à l’imprévisible, tu vas pouvoir rebondir, avec une blague, en confiant tes émotions au micro, ou même en improvisant un texte ; du coup en retournant la situation à ton avantage, en répondant à l’imprévu de situation par l’imprévu de l’émotionnel et de l’art.


Alors, mais là, tu te dis, oh, SisDee, c’est bon là, tes souvenirs et tout, tes trucs de grand-mère du rockn’roll, mais ils sont où les échauffements vocaux ?


J’y viens, j’y viens !


Parmi les grands classiques, on a le Shhh, le bRRrrr, le hemmage, le Mmmhh. En fait, c’est de l’orthophonie. Personnellement je les ai pratiqué en séance avec le médecin, mais jamais comme échauffement.

Ce sont de bons exercices, que de très grands vocalistes les utilisent, mais je les trouve désincarnés, trop centrés sur la science, et l’Europe. Et on peut se créer d’autres échauffements, en se plongeant dans un bain culturel, plutôt que scientifique, en ouvrant l’espace et le temps.

Par exemple une danse du soleil amérindienne ou un genre de haka maori, une transe, une méditation en mouvement, qui sollicite et détend tout le corps, en conviant aussi le rythme, la combativité, et les ancêtres, de façon signifiante et inspirante.


Parce que, quoi de mieux qu’être toi-même inspiré si tu veux ensuite inspirer l’auditeur ? Piocher dans tous les répertoires, c’est génial pour composer, mais aussi pour s’échauffer.

Après, il faut être sûr que c’est bon pour tes organes vocaux, et pour ça demande conseil à un professionnel, coach, phoniatre ou orthophoniste bien sûr.

Personnellement, j’aime échauffer ma voix tout simplement sur des vocalises lyriques improvisées, des bas jusqu’aux hauts, en ajoutant beaucoup de mouvement, pour signaler à mon corps qu’il faut qu’il se synchronise avec ma voix.


Bien, et maintenant, pour passer à la pratique, je t’offre un extrait du programme « 7 Semaines Pour Déployer Ma Voix », le challenge intensif d’AméliorerSaVoix.com.


C’est un échauffement en mode natif américain, un peu une danse du soleil, une mini-transe chamanique, pour réveiller ton corps et tes cordes en rythme, tout en te remplaçant dans l’héritage de la généalogie humaine.

Clique ici pour en profiter.

Pour l’heure, si cet épisode t’a plu, abonne-toi pour n’en rater aucun, et puis, like, partage, et commente ! Dis-moi tout !


Comment est-ce que tu te prépares avant une prestation ? Est-ce que tu fais des échauffements et si oui, lesquels ? Et comment est-ce que tu gères la fatigue, les mésaventures ? Raconte-moi ta mésaventure la plus dingue !


Merci de ton écoute, et j’ai hâte de te lire ! Porte-toi bien, et rv au prochain opus !


CLIQUE ICI pour télécharger ton échauffement gratuit


CLIQUE ICI pour participer à ma prochaine formation : https://www.ameliorersavoix.com


LIENS

- Album "Live In Poissy"


- Soundtrack

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout